LES  LARMES DU VENT....

 

UN RESEAU SOCIAL HORS NORMES

Maman a cheval  Maman. Elle avait gardé de son enfance "Outre-Terres" l'amour des chevaux.
                     Elle avait été si heureuse ce jour-là, de monter "à cru" encore une fois. C'était dans la colline d'Alaric. En écriture)

                                                                                                     ***

              Si je parle d'elle pour introduire cet article, c'est tout simplement parce qu'elle reste un exemple de courage, de force et de résilience.
     Soit dans "Généalogies" soit dans "Héritages", j'ai tracé son portrait en ombres et lumières.
                                          Que ferait-elle aujourd'hui?
    Elle hausserait peut-être les épaules accompagné d'un "Bah!". Elle s'inquiéterait plus pour nous et tous ses voisins.Bien sûr!
    Surtout, extrêmement têtue, elle n'en ferait qu'à sa tête, n'écoutant aucun conseil...
    Et si, par hasard, elle se faisait contrôler sans attestation...elle rentrerait sans rien dire. La suite? C'est que tôt ou tard, son silence finirait par parler.
          
                                     Voici un exemple resté dans les annales du village. Enfin, beaucoup des témoins l'ont rejointe.
                                        Je vous raconte cela pour- disons- vous changer les idées, avant de vous donner la raison du titre.

Figuier place maman      C'était sa place, sur la tombe de sa petite MIMI.. Seule raison de la faire descendre un escalier éprouvant et de marcher un peu. Elle cueillait au passage une fleur pour l'y déposer..(Elle aimait le bleu que je ne peux rendre!)

            Maman était donc insupportablement têtue. N'en faisant qu'à sa tête, elle filait sur son vieux vélo, sur la nationale 113 ( ! pour ceux qui connaissent- un morceau de bravoure), faire des courses au village assez éloigné, son sac à provisions pendant à son guidon.
        - Maman ? Tu ne devrais plus prendre ton vélo...Dix fois, cent fois, tous nous l'avons priée.

                        Evidemment, sans résultat! Elle avait pas loin de 80 ans!

    Cependant, vint un jour, où la cloche de la grande porte tinta comme d'habitude. Posant son vélo, comme d'habitude, elle monta à l'étage et, comme d'ha
bitude, s'activa à la cuisinière!
         Mais, il y eut un grand MAIS, ce soir-là ,quand elle dit à son mari:
             - Dis, Jean, tu pourras accrocher le vélo! Un ordre sans appel.
  On eut beau lui demander la raison de ce revirement, rien, rien de rien ne filtra comme si c'était un effet d'un coup de sagesse!

                     BIen longtemps après, je dus aller au village à sa place. Et il fallait qu'elle soit bien mal pour l'accepter.
     L'épicière me demanda des nouvelles nonchalemment mais avec un petit sourire en coin!
     Je racontai donc ce changement bizarre et incompréhensible! Georgette  éclata de rire, d'un rire joyeux, de ces rires perdus aujourd'hui!
          - Oh! Me dit-elle, ça ne m'étonne pas! Et de rire encore, malicieusement!
    Enfin elle me livra le fin mot de l'histoire:
      - Oh! Figure-toi que ce jour-là, elle était chargée et je lui avais même dit que son sac, un jour, la ferait tomber. Bien sûr, tu connais ta mère:
   "Bah" et elle était sortie en riant.

       J'avais à peine commencé à servir quand, soudain, on a entendu un terrible coup de freins : un poids lourd venait de piler devant le magasin.
       On est tous sortis, pensant au pire à cause de leur vitesse. 
     Et qu'est-ce qu'on voit: un énorme chauffeur , perché sur son marche-pieds qui passait un sacré savon à ta mère...en la menaçant qu'il ne la revoie plus jamais sinon...
     Elle, à peine désarçonnée, était en train de se remettre en selle pour filer sans regarder personne.
           On n'a jamais osé lui en reparler. On l'a compris tout de suite, la fois d'après, dès qu'elle est entrée !!!

Du cerisier

         On a tous des histoires de ce genre dans nos familles. 
       Aujourd'hui, je vous propose d'oublier les RDV avec le Ministre de la santé ou autre...Pas qu'il ne faille pas s'y intéresser mais juste- vraiment juste pour savoir l'indispensable.
 
Oublions les courbes! Je n'ai pas dit de faire comme Maman!

Je dis simplement de regarder tout ce qu'il y a de merveilleux en nous!
 Quelles forces, quelles sont les  ressources dont nous disposons..J'en ai toujours été émerveillée: lorsque je passais des heures à faire réciter les partiels d'une de mes filles infirmière, en formation urgentiste à Montpellier, j'étais vraiment subjuguée par les merveilles de ce réseau-d'alertes-hors-normes qu'est donc notre corps!
  Pour sa part c'était une liste interminable d'anesthésiants avec indications et contre-indications avec le dosage évidemment. Des pages entières de noms imprononçables souvent..

     On n'imagine pas le degré de responsabilités du corps médical. Jamais je n'aurais pu faire un tel métier- comme elle le mien répondait-elle en riant!

   Quant à moi, je  reprenais la route, assommée! Vraiment groggy! J'ajoute, pour vous rassurer, que conduire alors  était une vraie désintox!

    Je n'avais pas vu que la nuit était tombée, je vous proposerai une nouvelle histoire de maman, encore plus surprenante!


       Voici  donc deux RDV, par liens interposés:

                             https://www.france.tv/france-5/science-grand-format/2068565-notre-corps-ce-reseau-social.html

&  

https://www.arte.tv/fr/videos/083968-000-A/dormir-a-tout-prix/
Nous éviterons ainsi la dépression et le burn out!


 

Date de dernière mise à jour : 20/11/2020