LES  LARMES DU VENT....

 

Francis JAMMES...HOMMAGE de Marie NOËL

         Qui n'a pas récité  ?  "..J'aime l'âne si doux..
                                               Marchant le long des houx..."
                                                                                                         Francis Jammes.

            ane.jpg

..... Aux gloires éphémères !


       De tous côtés nous entendons décompter avec fierté le nombre des "followers"...Les "influenceuses/influenceurs " font la pluie et le beau temps.... Les "LIKE", la loi.. Gare si vous n'êtes pas d'accord: vous ne savez pas d'où les coups pleuvent! 
  Derrière les hauts murs de l'anonymat, on ne risque trop rien.
  Qui n'a pas été touché par des témoignages bouleversants de cette nouvelle "chasse" sur les réseaux sociaux! Pauvres ados surtout qui en sont morts...! Mais les adultes aussi en deviennent les proies impuissantes sous les dents des machines à broyer.
  Un de mes petits-enfants a été victime de harcèlement scolaire. C'est toute la cellule familiale qui en a souffert, impuissante souvent devant le déni des responsables..Les cicatrices en sont indélébiles.....ET ENCORE..!!! C'était avant ce déferlement récent sur les réseaux sociaux..


     
Marie NOËL rend ainsi hommage à son ami Francis JAMMES:

  .." Francis Jammes, ce cher vieux poète ingénu et malin- auquel je n'ai jamais fait qu'un reproche, celui d'avoir tué quelquefois le Lièvre qu'il aimait - je l'admire entre tous de s'être refusé aux pompes et aux oeuvres et à toutes les inutilités factices de la vie littéraire;
   d'avoir tenu à distance les villes de vain bavardage,
    de s'être gardé du gaspillage d'âme et de plume et, à une époque où il est tant de groupements, de réunions , de chapelles, voire 
  d'Académies pour faire perdre aux poètes leur temps et leur grâce, d'être demeuré tout bonnement chez lui,
   dans sa maison, dans sa paroisse, à vivre et à chanter sa vie, tout simple et uniquement fidèle à cette grâce de tous les jours
   que Dieu lui donnait.

         Et la Grâce l'a récompensé. Au lieu de faire du bruit sur la place, il est demeuré merveilleusement, dans la solitude,
   une inoubliable source délicieuse et sauvage dont une seule gorgée fait monter à nos lèvres la fraîcheur sacrée de la terre et la limpidité toute bleue du ciel..

                     
Auxerre, 15 septembre 1938.
                                        Notes intimes.

                     

        

                        J'AIME L'ÂNE SI  DOUX..

          J'aime l'âne si doux
        marchant le long des  houx

Il a peur des abeilles
et bouge ses oreilles.
        Il va près des fossés             
d'un petit pas cassé.
Il réfléchit toujours
ses yeux sont de velours.
Il reste à l'étable
fatigué, misérable.
Il a tant travaillé
que ça vous fait pitié.
L'âne n'a pas eu d'orge
car le maître est trop pauvre.
Il a sucé la corde
puis a dormi dans l'ombre.
Il est l'âne si doux
marchant le long des houx....

Francis Jammes

https://cinabre.over-blog.com/article-j-aime-l-ane-si-doux-116909570.html
   

Date de dernière mise à jour : 17/02/2020