LES  LARMES DU VENT....

 

2èm Dim. de L'AVENT. El Padrecito

Colombe   Deuxième Dimanche de l'Avent.
               
https://jesusaujourdhui.com/2020-12-06/Rendez-droits-les-sentiers-du-Seigneur
 

6 décembre 2020 - Saint Nicolas de Myre

L'ÉVANGILE DU JOUR

« Rendez droits les sentiers du Seigneur » (Mc 1, 1-8)

Commencement de l’Évangile de Jésus, Christ, Fils de Dieu.
Il est écrit dans Isaïe, le prophète : Voici que j’envoie mon messager en avant de toi, pour ouvrir ton chemin.
Voix de celui qui crie dans le désert : Préparez le chemin du Seigneur, rendez droits ses sentiers.
Alors Jean, celui qui baptisait, parut dans le désert.
Il proclamait un baptême de conversion pour le pardon des péchés.
Toute la Judée, tous les habitants de Jérusalem se rendaient auprès de lui, et ils étaient baptisés par lui dans le Jourdain, en reconnaissant publiquement leurs péchés.
Jean était vêtu de poil de chameau, avec une ceinture de cuir autour des reins ; il se nourrissait de sauterelles et de miel sauvage.

Il proclamait :
« Voici venir derrière moi celui qui est plus fort que moi ; je ne suis pas digne de m’abaisser pour défaire la courroie de ses sandales. Moi, je vous ai baptisés avec de l’eau ; lui vous baptisera dans l’Esprit Saint. »

(En cliquant sur le lien, au-dessous de l'Evangile, vous avez
* Le lien vers les lectures du Jour
                                                 * La méditation des Carmes ( après l'Evangile)
                                                                      * Les révélations de  Jésus à Maria Valtorta

 En écritureCom autel st josephEglise Saint-Joseph. Jour de profession de foi... Il y a des années! 

  Voici l'homélie de Jean de SOOS- El "Padrecito"

Dimanche 6 décembre 2020
2ème dimanche de l’Avent B
 

Semaine de la Paix du 6 au13 décembre avec Pax Christi  « L’espérance nous met en chemin »
 
Isaïe 40, 1-5.9-11
Psaume 84 (85)
2 Pierre 3, 8-14
Marc 1, 1-8
 

Commencement de la Bonne Nouvelle de JC, le Fils de Dieu (Mc 1, 1)
 Commencement.
C’est le 1er mot de la Bible : « Au commencement, Dieu créa le ciel et la terre.» (Gn 1, 1). 

C’est le 1er mot de l’Evangile de Marc, tout comme celui de Jean : « Au commencement était le Verbe… »  (Jn 1, 1)

Écoutons les mots de Saint Grégoire de Nysse (IVème siècle – Pont Euxin, actuelle Turquie) : 
« Celui qui monte ne s’arrête jamais d’aller de commencement en commencement par des commencements qui n’ont jamais de fin.         (Jamais celui qui monte n’arrête son désir à ce qu’il connait déjà ; mais s’élevant successivement, par un autre désir à nouveau plus grand, à un autre désir supérieur encore, l’âme poursuit sa route vers l’infini à travers des ascensions toujours plus hautes.) »
 
Nous sommes aux commencements, aux balbutiements de l’humanité, et nous voyons comment l’homme bégaye encore, au moment de tant de crises, sanitaires, économique, de guerres fratricides dans tant de pays marqués par le terrorisme.
Pensons à la gestion de la pandémie, à nos anciens morts seuls, ou coupés des leurs dans des EPAHD.
Après tous ces morts en Arménie, la spirale de la violence atteint à nouveau le Nigéria, avec le massacre par des islamistes de Boko Haram de 67 paysans le 28 novembre.

 « Création et humanité en enfantement », écrit l’apôtre Saint Paul (Rm 8, 18-23)
 
Nous sommes encore au commencement de l’Église : qu'est-ce que     2000 ans d’histoire, au vu des 15 milliards d’années de notre monde, au vu de l’éternité de Dieu, pour qui « 1000 ans sont comme un jour » nous dit Saint Pierre. (2ème lecture) Il faudra du temps pour qu’elle soit vraiment une, sainte…

Nous sommes au temps des commencements. Quelle chance de croire à des naissances possibles et inespérées, plutôt que de nous recroqueviller sur des illusions perdues ! Chaque évènement que je vis, je peux le percevoir comme un risque ou au contraire comme une chance, comme une triste fin ou au contraire comme un beau commencement.

Nous étions mercredi soir réunis, en cercle distancié dans cette église Saint-Jacques, avec le groupe des sept adultes catéchumènes, heureux de se retrouver, certains venant pour la 1ère fois ! Ils ont partagé leur expérience de foi et d confiance, en ces temps de confinement, qui leur a permis de grandir dans le service, dans la vie avec leurs enfants, dans des attentions à ceux qui en avaient besoin, dans l’accueil de la vie dans leur couple malgré une stérilité annoncée…
 
Je peux me tourner vers le passé, en répétant : « de mon temps, c’était mieux », dans un élan de nostalgie démobilisante.
Je peux aussi me laisser effrayer et paralyser par la peur de l’avenir incertain.
Au contraire, je peux décider de m’exercer à reconnaître les signes qui me révèlent que ce monde est sauvé, qu’il est sauvé aujourd’hui ! C’est le sens de cet avènement du Seigneur que nous préparons ! Il vient, il est déjà là ! Ce temps présent, cet aujourd’hui est le mien, il est « mon temps » !

Un temps où j’aiguise mon espérance, tel un orpailleur… Vous avez entendu parler des orpailleurs ? Ils vont dans les rivières, dans l’Ariège par exemple, et ils cherchent avec leur tamis, au milieu de la boue, quelques paillettes d’or.
Chrétiens, nous avons à être ces orpailleurs, pour chercher, reconnaître, trouver des paillettes d’or, des pépites au cœur de la vie de nos contemporains. Il s’agit d’avoir le regard émerveillé de Père, créateur du monde.
Bien sûr, Dieu le perçoit encore balbutiant dans ses commencements, parfois pleurant sur son sort, mais aussi gazouillant comme un enfant… Notre Dieu espère l’humanité, sa fille bien-aimée qu’il ne cesse de chérir ! Cette humanité lui colle à la peau.

En Christ, Il va prendre chair d’homme. Ce sera Noël, nouveau commencement.

C’est Noël chaque matin, en chaque commencement.

Regardez les levers de soleil ces temps-ci, comme nous pouvions nous émerveiller des couleurs des vignes cet automne, voici quelques semaines…
 
Préparons-nous, mettons-nous en route, comme les mages qui déjà ont quitté leur pays et commencé à suivre l’étoile.
Préparons-nous avec Jean-Baptiste, qui a quitté son désert pour annoncer que le Christ vient, qu’il est là !

En avant ! Il nous reste deux bonnes semaines.

En Avent… Comme je vous y ai invités dimanche dernier, au fil des jours, prions en famille devant la crèche. Plaçons sur notre table cette 2ème bougie de l’Avent au moment du repas du soir. Partageons notre action de grâce : une lumière reconnue dans notre journée, une étoile qui a éclairé notre nuit…
Notre crèche n’est pas seulement une belle tradition avec des santons placés sur la cheminée.
Elle désigne la vraie crèche, celle de notre cœur, que nous avons à préparer, afin que le Seigneur puisse venir y naître !

Prions devant la crèche qui nous montre la vraie crèche, dans le cœur de notre époux, de notre épouse, de nos enfants, de nos amis.

Parmi les santons, reconnaissons aussi ceux qui nous ont quittés, qui sont au plus près de l'enfant-Dieu qui va venir.
 
Amen

Com lucas choeur

 

Date de dernière mise à jour : 28/12/2020