LES  LARMES DU VENT....

 

NOS PAS...DANS LES PAS DES MAGES...( Corrigé...!)

 

Img 20200802 wa0008 1

 

     HYMNE DU SOIR  - Liturgie des Heures.


A l'Orient l'étoile a paru
Pour annoncer que le Christ est venu.
Dès qu'ils l'ont appris,
Les Rois sont partis.
Heureux le coeur qui désire Jésus!

Jusqu'au pays qui L'a méconnu
Ils ont cherché le Sauveur attendu.
Ils vont dans la nuit:
La foi les conduit.
Heureux le coeur qui désire Jésus!

A Betléem ils L'ont reconnu:
Dans une crèche un enfant pauvre et nu.
Courbés devant Lui,
Se sont réjouis.
Heureux le coeur qui désire Jésus!

Ils ont offert leur humble tribut
Au Roi du ciel par Qui vient le salut.
La Vierge a souri,
Les Anges aussi.
Heureux le coeur qui désire Jésus!



Et dans la joie du Dieu Qu'ils ont vu,
Ils porteront le message reçu.
Car le Paradis
Sur terre a fleuri.
Heureux le coeur qui désire Jésus!

 

P1010792

 

Petite chorale confinée! A encourager absolument! :

REGARDEZ L'HUMILITE DE DIEU !


https://www.youtube.com/watch?v=wrEB2PVKiLM

20160123 185350 001
 De la Crèche à l'Hostie......

  COMPRENDRE LES ECRITURES....



          J'ai bien souvent confié combien leur méditation m'avait off
ert de richesses - sans cesse renouvelées.

 
A vrai dire, je ne saurais parler de la "méditation de pleine conscience" si répandue de nos jours. Et de plus en plus. J'aurais l'impression de m'enfoncer plus encore dans ce "MOI" si pesant et tourmenté parfois et même trop souvent.... De virevolter sur moi-même, un peu comme, lorsqu'enfant, je faisais tournoyer une belle robe toute en ampleur que maman m'avait confectionnée. Rouge avec des hirondelles bleu-marine!
 Le vertige me stoppait nez et je restais chancelante...


            Méditer les Ecritures, pour moi, c'est  partir...à un rendez-vous... Me préparer à une rencontre...la Rencontre.
 Pas forcément spontanée. C'est un chemin qui peut être cabossé ou "fluide" selon les jours- les textes, le contexte... Parfois, il peut s'interrompre brutalement...
         Une expérience passionnante qui "vous enlève" parfois à l'improviste. Comme le fait la poésie, un paysage, une musique, un ciel, une voix...

         C'est comme la nourriture  nécessaire au corps.


    Chaque texte est un kaléidoscope aux infinies facettes de la PAROLE. Du VERBE...Le Prologue de Saint Jean est une merveille, un trésor...
      
     D'où mon titre:
Nos pas dans les pas des Mages.

         Ces Mages, je les ai "suivis" de Lourdes à Lille, de Paris à Rome- Rencontrés au détour de la Liturgie des Heures.
     C'est extraordinaire de comparer les interprétations selon la personnalité, le ministre, l'assemblée...le lieu...nous-mêmes à cet instant précis. La fois suivante sera bien différente. C'est certain!
                 

         Ainsi, le Pape François a proposé un cheminement en trois étapes:
               
  *LEVER LES YEUX
                     **SE METTRE EN CHEMIN
                              *** VOIR 

                                                             

  Voici le lien vers la diffusion de la célébration de l'Epiphanie par le Pape François.
           L'homélie dont je viens de donner les grandes lignes commence à la 28 ème minute et dure environ un quart d'heure!

https://www.youtube.com/watch?v=o6V7Al3gk4w

 

Img 20210106 112503

          ( En écriture)

DÉROUTÉS PAR LA JOIE – FÊTE DE L’ÉPIPHANIE | HOMÉLIE DE LA MESSE DU 3 JANVIER 2021 À LILLE

Vous pouvez l'écouter grâce au lien, au-dessous.:

Il y a quelque chose de surprenant dans le texte que nous venons d’entendre.
Sans doute l’avez-vous remarqué. Les mages sont remplis de joie à la fin de leur périple, lorsqu’ils voient… l’étoile et non l’enfant ! Comme pour nous rappeler que la vraie étoile du récit n’est autre que l’enfant de la crèche… et que ce qui procure une joie profonde, ce sont nos lieux d’enfantement, de fécondité.
Cela, les mages ne le découvrent qu’à la fin de leur trajet !

 

Dans nos vies, il y a tant de signes et de paroles dont nous ne comprenons pas de suite la signification.
Les mages, eux, ne se sont pas découragés en chemin.
A nous de les suivre, patiemment.
A nous de prendre des risques.
De déplier la carte de notre ciel intérieur —quitte à faire des détours !
Prendre leur chemin, c’est aller d’enfantement en enfantement…
Regardons leur route : ils viennent de l’orient, là où la lumière se lève, et marchent vers une autre lumière, celle du Christ qui nous relève !

 

Pour suivre la route des mages, n’ayons pas peur de demander de l’aide et regardons les proches autour de nous !
Ce sont autant d’astres qui nous aident à mettre au monde les valeurs auxquelles nous tenons.
Regardons ces étoiles —parfois mystérieuses— qui nous entourent. N’éclairent-elles pas nos zones d’ombres et nos faces cachées lorsque nous sommes déboussolés ?
 Il y a d’abord ces personnes apparues subitement dans nos vies et qui ont provoqué des bouleversements…
Il y a aussi ces étoiles filantes qui nous ont fait faire des erreurs, et nous ont fait grandir.
Toutes ces rencontres fugaces qui nous ont marqué par leur éclat ; ou ces étoiles du berger qui nous ont offert leur fidélité. Contemplons enfin ces personnes qui nous ont précédé, ces étoiles éteintes depuis longtemps… mais dont la lumière nous atteint encore et nous aide à garder le cap.

Nos vies sont ainsi faites d’une constellation de rencontres, d’étoiles lointaines parfois, et pourtant si proches de notre cœur.

Prendre la route des mages, c’est quitter le lieu des sages, des “sachants”, pour nous laisser guider par autre chose finalement que nos propres désirs.
Par les étoiles de nos proches. Et par le seul vrai roi du récit : l’enfant de la crèche, qui nous révèle un Dieu fragile, un Dieu libre, qui se laisse découvrir dans un simple geste maternant, dans n’importe quel lieu d’enfantement et de promesse.

Tous, nous dit Saint Paul, nous sommes « associées au partage de cette promesse » ! Chacun de nous peut faire ce chemin : découvrir une fécondité joyeuse, au-delà de l’échec et de l’erreur.
Pour cela, ne soyons pas comme les prêtres et les scribes, immobiles, bloqués par une vérité qui ne les met pas en mouvement ! Allons au-delà de Jérusalem, à la crèche de Bethléem, vers notre propre enfantement ! Ouvrons le coffret de notre cœur et offrons myrrhe, or et encens, notre passé, notre présent, notre futur !

Quel que soit notre passé, offrons de la myrrhe. La myrrhe est ce qui embaume les morts. Il s’agit de dépasser ses histoires douloureuses, faire dans sa vie un deuil fécond, tourner la page du passé. Déposons dans la prière nos histoires blessées devant l’enfant de la crèche, et prenons en ce début d’année une nouvelle route, déroutante, avec confiance.

Qui que nous soyons, nous avons tous l’or de notre présent, ce bien le plus précieux et qu’il ne tient qu’à nous de donner. Déposons l’or notre quotidien au pied de la crèche, et offrons à ceux qui en ont le plus besoin le don de notre écoute, de notre présence.

Enfin, quels que soient nos projets, offrons l’encens de notre futur, même s’il est sombre, mystérieux. Mettons un parfum divin à nos relations, un goût de joie, d’humour pour que se dissipe la tristesse, pour qu’il y ait à nouveau de l’espérance, là où tout semble fermé.

Oui, malgré nos peurs et nos hésitations, déposons au pied de la crèche notre chemin : passé, présent, à venir. Et prenons une autre route ! C’est ce que je nous souhaite au seuil de cette nouvelle année ! Comme le dit l’expression, « Si nous faisons comme nous avons toujours fait, nous obtiendrons ce que nous avons toujours obtenu ! ».

Mais si nous retournons chez nous par un autre chemin, nous découvrirons alors —les yeux pleins d’étoiles— des lieux insoupçonnés d’enfantement et de promesse. Amen.


Lien vers le site:

              https://www.lejourduseigneur.com/homelie/deroutes-par-la-joie-fete-de-lepiphanie-homelie-de-la-messe-du-3-janvier-2021-a-lille/


             Voici un lien pour un bouquet de tendresse
                                    
https://lefiguierbleu.over-blog.com/2021/01/la-marche-des-rois-2.html

 

Date de dernière mise à jour : 16/01/2021