LES  LARMES DU VENT....

 

A MES PASSEURS..

Dsc03922

          Dans cette nuit que nous traversons et plus particulièrement en ces derniers jours de Pâques, privés de nous retrouver physiquement, nous nous sommes retrouvés...par-delà bien des années peut-être?
     Je l'avouais, qu'ai-je que je n'aie reçu?

         GETHSEMANI.
                                       Ce seul nom en a été le catalyseur.
   Avec la mémoire de tant de visages aimés- parfois disparus-
   Avec la musique des voix tantôt graves ou claires, chantantes ou sourdes..
   Et les images qui se révèlent au bain d'amour ou de simple amitié.


    Img 20200409 200200    GETHSEMANI.
           Le pressoir..
                " Vous n'aurez pas compris, lorsque viendra mon heure,
                    Vous n'aurez pas compris, mais il faut que je meure..."

           Parfois, une seule note fait office de ce brin de laine, péniblement trouvé et que l'on tire pour défaire le noeud..!
                                                                                  
Img 20200409 200308    Nous étions nombreux à préparer la Veillée du Jeudi Saint au Reposoir.
    " En ce temps-là", une des chapelles de notre petite église était transformée en jardin des oliviers. Chacun voulait y offrir de ses branchages.
    Pour veiller sinon pour signer sa présence en cas d'empêchement...C'était la coutume alentour.

     
Notre petite paroisse avait connu des jours difficiles: notre prêtre avait été gravement malade.
    Nous nous étions tous organisés pour soulager sa peine, cette sorte de culpabilité dont il s'accusait bien injustement de nous avoir "abandonnés"
       Dans les villages ou petites villes, c'était facile: tout le monde se connaissait ou s'arrangeait pour aller dans les nouveaux quartiers accueillir les arrivants.
      Nous en étions arrivés à former cinq équipes liturgiques chargées, à tour de rôle, de la liturgie du dimanche.
      Ce fut un mouvement tellement enthousiaste auquel personne ne se dérobait qu'on ne peut l'évoquer sans pincement au coeur.
       C'est ainsi que les
ADAP furent organisées:
                     
Assemblée Dominicale en Attente de Prêtre et non comme initialement "en l'absence de .."
    A tour de rôle, nous acceptions tel ou tel service:
            Accueil..Animation de chants...Lectures ...Commentaire ...Prières universelles...

         
   Il est fort regrettable que plus tard, alors que le nombre de "fidèles" diminuait et que celui des prêtres fondait, ces ADAP n'aient pas été maintenues.
      Car elles restaient toujours témoin d'une vie d'Eglise- certes diminuée- mais toujours vivante.
       Peu à peu, la célébration des messes du dimanche furent supprimées ou planifiées dans les villages environnants.
   Le temps des petites paroisses était révolu... Aujourd'hui elles regroupent bien souvent plus de vingt clochers...!

           Nos petites églises sont fermées.
            La mémoire des modestes chrétiens s'est peu à peu éteinte.

          Je songe souvent à ces magnifiques églises- des joyaux souvent- endormies.
    Celle de Villegailhenc était une de nos plus proches et chère à notre coeur.

           .../... C'est ainsi que GETHSEMANI a ranimé quelques flammes du souvenir...

       J'avais revu, peu avant le confinement, une de ces âmes-soeurs...Même si parfois "l 'intelligence des Ecritures" soulevait quelques vagues, nous conservons cette même profonde amitié et nous en rions!
         Nous étions jeunes et pleines de fougue!
   Je tiens à souligner que tous nous étions bénévoles.
     Que je le suis restée, quelle  que fût la mission qui m'ait été confiée!

 

P1060896

        

Date de dernière mise à jour : 16/04/2020