LES  LARMES DU VENT....

 

PARDON à CELUI ou CELLE QUI,UN JOUR.....

    J'ai retrouvé ce texte ces jours-ci... Il date du 19/05/ 2002 14:20:47 !!!
    Ce n'est pas d'aujourd'hui que j'affûte mon rôle de "passeur".
                                                                                                      ( Je ne le mettrai pas au fém.)

   J'ai tellement souffert du manque "d'ADN" de mon histoire
primordiale que je me suis fixé la tâche de dessiner le "passage" à ceux qui me suivront.
   Certains de mes enfants me disent qu'ils ne s'y reconnaîtront jamais dans ces feuillets accumulés et qu'il faudrait "que j'y mette un peu d'ordre"!
    Très sage!
    La multitude des supports -vite dépassés- m'oblige à reprendre sans cesse le métier! J'ai gardé jalousement tous mes ordinateurs- de vrais ancêtres pour certains- car, chacun, est une mémoire... Ephémère..
                                                      *****
.....
            Plonger enfin dans l'Ecriture. S'y plonger comme s'enfoncer dans la forêt de mes mythes...fondateurs.

         Ecrire à perdre haleine pour se souvenir, faire revivre et oublier.Paradoxe.
          Une foule  les hante. Foule de ceux qui m'ont construite à force de présence ou d'absence.
                            Quelle est la plus puissante?  La Présence ou l'Absente?

            La Présence, réelle, visible, palpable, intelligible ou pas bâtit peut-être plus les fondements...ou fondations?
     
           L'Absence crée en filigrane, en estompe, voilant et dévoilant..Se fixant pour un temps peut-être..Ainsi, mon PERE, cet inconnu a participé 
    de mon MOI sans que je le connaisse, sans échanges, sans paroles, dans une communion mystérieuse par-delà les nuages, les rires et les larmes, les joies et les désespérances..

     Qui, de mes proches, peut seulement franchir  le premier sentier de ma forêt?
      Qui le pourrait sans ressentir doute, effroi, compassion ? J'ai rencontré peu de personnes qui m'ont décodée dès le premier regard, par cette fraternité subconsciente d'être nés à la même source...
                     Il y en a eu si peu...si rares! Je les porte toujours en moi.

        *** J'écris ainsi, en aveugle, jetant mes larmes aux quatre vents...
        PARDON A CELUI OU CELLE QUI, UN JOUR ..où j'aurai franchi les étoiles, découvrira ces cailloux blancs semés au long des mes nuits obscures..
             (St Jean de la Croix)

         
           

       
   

Date de dernière mise à jour : 21/01/2020