LES  LARMES DU VENT....

 

LA BRÛLURE ORIGINELLE

   

 "Jésus Qui m'as brûlé le coeur
               au carrefour des Ecritures..

 

 

            Les quelques lignes de  "LUMIERE DANS MA NUIT", présentent LUCIENNE, notre voisine.

         
  Une sorte d'ange gardien: mais cela- même si on en ressent la fonction protectrice dans l'immédiateté- c'est dans la relecture de ma vie que j'ai compris comment la PROVIDENCE veillait..par elle!
              Et il y en eut tant d'autres!


       

. Sans  son appui et son dévouement, aurais-je fait La  Rencontre? Sitôt? Jamais? Sûrement oui, autrement. A condition que je sois en capacité de le faire.
 
 Dans ce temps de l'innocence où je ne connaissais rien, je ne pouvais qu'être SAISIE. Je ne comprenais pas le rituel en latin,  mon regard  n'était pas distrait de cet axe : le Tabernacle et sa lumière.

                     J'en étais FASCINEE!

    

      Ainsi le 
 "Carrefour des Ecritures", je l'ai abordé beaucoup plus tard, en plusieurs étapes..
   
   Un carrefour?
On peut y tourner en rond, se tromper de direction et tomber dans une impasse... On revient sur ses pas...On peut s'entêter ou abandonner.
  
       Aujourd'hui, avec nos systèmes sophistiqués de navigation- même en pleine nature- on garde toujours le cap..


   
C'est ce que j'espérais en atteignant cette étape:
        Ne pas me tromper de chemin
            Avancer dans la bonne direction
               Trouver des "indicateurs" sérieux
                 Pour enfin parvenir le plus près possible de notre destination commune.
 
                 Pour moi, c'était m'approcher enfin de CELUI qui m'avait attirée,
                                                                                        Le connaître?
                                                                                                 L'écouter et savoir ce qu'IL attendait de moi!

    


     
     
***Pour rappel, nous vivions ainsi notre Catéchisme- 

     
 Dès que les enfants passaient  "à la grande école" après l'apprentissage de la lecture, filles et garçons se retrouvaient tous sur les mêmes  bancs de la sacristie, le jeudi après-midi.
  Un prêtre venait d'un village voisin en scooter. Il boîtait en raison d'une blessure de guerre; il arrivait souvent que, pris de douleurs, il   interrompait le cours et nous offrait une séance de dessins animés avec un vieil appareil...
  Le dimanche, après la messe, des jeunes filles du village nous faisaient réciter les leçons. C'était le temps des questions/réponses.
   Je n'ai pas grand souvenir de ces leçons...J'ai retrouvé quelques images de récompense. Je devais les avoir apprises, comme celles de l'école!


   Le souvenir précieux que j'en garde, c'est
un gisant du Christ, ses plaies apparentes, grandeur nature, dans une niche au fond de l'église, juste à côté des bancs où nous étions tous rassemblés.
   Je me souviens que j'étais attirée vers
Lui et que, de temps à autre, je Le regardais furtivement.
             
Dans un mélange de crainte et de fascination..

  Lorsque je feuillette ce vieux catéchisme rescapé d'un coffre de souvenirs de maman, certains épisodes me reviennent  vaguement..
  Je n'ai aucun souvenir, par exemple de ma
Première Communion..
   En revanche, les cérémonies des
"Communions Solennelles" - nom donné à nos Professions de Foi actuelles- me bouleversaient.
 Je me rappelle fort bien que je faisais le décompte des années qu'il me restait à attendre.

    Ce jour-là, enfin,  je ne devais jamais oublier.
                       
                                 Aujourd'hui encore, j'en ressens la même émotion!
   Mais la vie m'attendait, sorte d'engrenage qui m'a happée et tenue au loin, de très très longues années.
    
          .....
   Loin de ce  carrefour que j'aspirais tant à atteindre!

                                   à suivre..

 


        

Date de dernière mise à jour : 02/02/2020