LES  LARMES DU VENT....

 

Jésus qui m'as brûlé le cœur...

 

                                « Jésus, qui m'as brûlé le cœur
              Au carrefour des Écritures,

    
Ces premières "paroles" de l'hymne de Didier Rimaud sont un écho troublant de ce que j'ai vécu
         alors que j'étais toute jeune encore..

   
          « Jésus, qui m'as brûlé le cœur..../...

     Sans être allée au catéchisme, sans qu'on m'ait expliqué...
      J'ai ressenti
une fascination pour le Tabernacle de notre petite église.
       Je la gardais comme un secret. Sans  trop comprendre.
       Comment aurais-je pu en parler- et à qui?
        
         
       C'est Lucienne notre unique voisine qui me prenait avec elle pour aller à la messe. L'église était très loin.
       Maman n'y allait pas et j'en comprendrai la raison beaucoup plus tard.
       Mon beau-père n'aimait pas du tout que je quitte la maison mais voilà, notre voisin occupait une fonction qui le revêtait d'une     certaine autorité qu'il préférait respecter.
      Ils furent nos anges gardiens: un réconfort tacite. Pourtant je la craignais beaucoup!


     Lorsque un jour j'entendis chanter cette hymne, j'en fus bouleversée.
     Je reconnus aussitôt cette
"BRÛLURE"!

    Bienheureuse brûlure qui as retenu ma vie!
  
              "...Je fus au carrefour des Ecritures
 bien, bien plus tard..!"
                                       
                               *


    Lisant Christian Bobin, j'ai mieux pénétré ce compagnonnage de mes propres fantômes.
    
Pour cela, il me faut revisiter les quelques maillons si précieux de ma généalogie .
               
                          



                L’Hymne de D. Rimaud « Jésus, qui m'as brûlé le cœur » :

         
     « Jésus, qui m'as brûlé le cœur
              Au carrefour des Écritures,

             Ne permets pas que leur blessure
             En moi se ferme :
             Tourne mes sens à l'intérieur.
             Force mes pas à l'aventure,
             Pour que le feu de ton Bonheur
            À d'autres prenne !

                     
                   La Table où Tu voulus T'asseoir,
                             Pour la fraction qui Te révèle,
                             Je La revois : Elle étincelle
                             De toi, seul Maître !
                             Fais que je sorte dans le soir
                            Où trop des miens sont sans nouvelle,
                            Et par ton Nom dans mon regard,
                            Fais-Toi connaître !

                                                         
                                    Leurs yeux ne T'ont jamais trouvé,
                                                           Tu n'entres plus dans leur auberge,
                                                           Et chacun dit : « Où donc irai-je
                                                           Si Dieu me manque ? »
                                                                 Mais ton Printemps s'est réveillé
                                                                 Dans mes sarments à bout de sève,
                                                                 Pour que je sois cet étranger
                                                                 Brûlant de Pâques ! »


                                     Ainsi soit-il.
                                                                        20160123 185350 001

  D'autres hymnes, encore pour traduire cette Rencontre:

 A TAIZE....Havre de Paix:         

https://www.youtube.com/watch?v=PFEzZ_zPcWQ

Refrain/
Jésus le Christ, lumière intérieure,
Ne laisse pas mes ténèbres me parler.
Jésus le Christ, lumière intérieure,
Donne-moi d'accueillir ton amour.

 1 - Seigneur, Tu me sondes et me connais ;
Que je me lève ou m'assoie, Tu le sais.
Tu me devances et me poursuis, Tu m'enserres,
Tu as mis sur moi ta main.

2 - Je prends les ailes de l'aurore,
 Je me loge au-delà des mers,
Même là, ta main me conduit
Ta droite me saisit.

 R/

 3 - Je dirai : que me couvre la ténèbre
La ténèbre n'est point ténèbre devant Toi ;
La nuit comme le jour illumine.

 4 - Je Te rends grâce pour tant de prodiges,
Merveilles que je suis et que tes œuvres,
Sonde-moi, ô Dieu connais mon cœur ;
 Conduis-moi sur le chemin d'éternité

                                        christ-misericordieux-big.jpg